Tous les articles par Samir Mégally

Samir Mégally est professeur, auteur de plusieurs récits. Peintre, ses œuvres sont exposées dans plusieurs salons, expositions personnelles et collectives. Il est le fondateur du Café Littéraire et du Salon du Livre dans la ville de Brétigny-sur-Orge.

Prochain café littéraire le 8 Juin 2012 à 20h

A  la  rencontre de : Joël  Hillion musicien  et  romancier,  auteur  de
plusieurs  récits  dont  « Le  maître  des  désirs  ou  mes
élèves et moi » et Les Sonnets de Shakespeare.
Éditions  du Club Zéro

Dans sa traduction, Joël Hillion  présente 154 sonnets qui ont été
vécus et écrits au jour le jour par Shakespeare lui-même. Ils sont une
interrogation  vibrante  sur  le  désir,  la  honte,  la  conscience,  le
don,  la  recherche  de  la  vérité  et  la  compréhension  de  Soi  à
travers la fascination pour l’Autre.

Au  programme  de  cette  soirée :  lectures,  débat  avec  le
public,  et  vente  de  ses  livres  qu’il  se  fera  un  plaisir  de
dédicacer.

39, rue du Général Leclerc – près de la poste Brétigny
Entrée gratuite – Paiement d’une consommation.
Pour tous renseignements : Contacter : www.samir-megally.fr

Café littéraire, le 4 Mai 2012

A l’occasion du 2ème anniversaire du Café Littéraire de Samir Mégally à  Brétigny, une soirée musicale, chansons et poésie, est organisée par l’A.I.R.P , le vendredi 4 mai 2012 de 20 heures à 22 heures, à la rencontre de:

Conférence sur Khalil Gibran

Bonjour, je vous souhaite un bon après-midi. Je vais commencer ma conférence en vous faisant écouter une poésie de Khalil Gibran, chantée par la diva libanaise, FeyrouzDonne-moi  le Nay :

Fairouz فيروز: أعطني الناي وغني par daou007

  • Le Nay: flûte de roseau en Orient.
  • Fayrouz: prénom signifiant perle, d’origine persane.

« Donne-moi le Nay et chante.
Le chant est le secret de l’éternité,
Et les plaintes du Nay demeurent
Après la fin de l’existence.
As-tu comme moi
Préféré pour demeure
La forêt aux châteaux
Pour suivre les ruisseaux
Et grimper sur les rochers ?
T’es-tu baigné dans le parfum
Et séché dans la lumière ?
T’es-tu enivré de l’aube
Dans des coupes remplies d’éther ?
T’es-tu, comme moi,
Assis au crépuscule,
Parmi les ceps de vigne,
Et les grappes suspendues
Comme des lustres d’or ?
T’es-tu, la nuit,
Couché dans l’herbe,
Prenant le ciel pour couverture,
Renonçant à l’avenir,
Oubliant le passé ?
Donne-moi le Nay et chante.
Oublie misères et remèdes
Car les hommes sont
Des lignes écrites,
Mais avec de l’eau ».

Continuer la lecture de Conférence sur Khalil Gibran